Au XIXe siècle.

 

Précurseur des temps modernes s’il en est, l’abbé Rochon (1741- 1817) eut l’idée lumineuse de relier Brest, ville de sa naissance à Bénodet par un canal. Le but en était le ravitaillement de Brest alors sous le feu de l’ennemi. Ce canal navigable devait « approvisionner sans aucun risque le premier de nos arsenaux maritimes » (Girard 1817).

Ce canal devait passer à non loin de  Tregourez et aurait joint Pont-Pol en passant par les villages de Follezou, du Ménic et de Croaz-Nevez tous les trois sur la commune de Tregourez. Ce projet ne vit pas le jour malgré la ténacité de l’abbé Rochon.

Rochon

En 1845, A. Marteville et Pierre Varin, continuateurs de Jean-Baptiste Ogée modifient la description qu’en avait fait ce dernier :

« Cette commune, bien que située sur le versant sud des Montagnes Noires, est assez fertile, et ses terres commencent à être bien cultivées. On parle le breton ».

Les auteurs citent trois moulins à eau à Trégourez à cette date, ceux de Folléou, Créac’hguen et Kerraden.

En 1869, le chemin de grande communication 13 (actuelle route départementale D51) venant de Quimper, était déjà « à l’état de viabilité » sur le territoire des communes d’Ergué-Gabéric, Briec et Langolen ;

« la partie de Tregourez, d’une étendue de 4 kilomètres, à l’état de lacune, vient d’être à nouveau soumise au conseil municipal qui, enfin, en a adopté le tracé ».

Les travaux eurent lieu en 1872. C’est ce tracé qui sépara la Chapelle de Ponthouard de sa fontaine.

Une foire importante se tenait tous les ans à Tregourez ; en 1890, le conseil municipal demande que la foire, qui se tenait jusque-là traditionnellement le 25 août, ait lieu désormais le 24 juillet.

Une épidémie de typhus commença en novembre 1890 à Tregourez et dura près de deux ans.

Puis en octobre 1900, c’est une épidémie de dysenterie qui se produit dans de nombreuses commune de l’arrondissement de Châteaulin.  Tregourez bien sûr fut touché, il y eut une centaine de malades et provoqua 25 décès. 

« Cette épidémie est attribuée à la sécheresse des dernières années. Les puits et les fontaines étaient à sec, et la population a fait usage d’eaux malsaines. En outre, l’encombrement et la malpropreté des maisons sont devenus des facteurs importants de la maladie ».

rue du rest

Cette maison porte une date de 1852 au dessus de la porte. Avant d’être coiffée d’ardoises, elle le fût de chaume.

Les habitations du XIXè siècle et surtout du XXè siècle étaient adaptées aux caractéristiques locales : paysage, ressources, type de production… Les matériaux utilisés pour leur construction se trouvaient toujours à proximité de la future maison ; les murs étaient montés avec des pierres en granit (ils y avait quelques carrières dans notre région), le bois servait aux charpentes, aux linteaux de fenêtres et aux ouvertures (portes et fenêtres), la toiture se composait de chaume de paille et parfois de genêt – l’ardoise ne sera employée que vers le début du XXè siècle – la chaux, exploitée en haute Bretagne, servait à la confection des mortiers, le sol était composé de terre battue et les matelas étaient de balle d’avoine

En 1892 par exemple l’on sait que les maisons n’étaient que des cabanes couvertes de genêt et d’ajoncs pour les plus pauvres. L’habitat à Tregourez comme partout en Cornouaille, reposait sur les hameaux qui rassemblaient les pentys : petites fermes avec leurs dépendances sur quelques hectares de terrain, les « ker » étaient reliés entre eux par des chemins creux. Les lopins de terre étaient bordés de talus plantés de chênes et de châtaigniers. Ces villages ont été, depuis toujours, la structure familiale, économique et sociale de la région.

keroret

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...