Au XXe siècle.

En 1905, le traitement du curé de Tregourez, l’abbé Picart, fut un temps supprimé par décision du ministre Jean-Bienvenu Martin pour « abus de la langue bretonne », mais, à la suite des protestations suscitées par cette décision, rétabli sur décision du Préfet du Finistère.

 » Quéméré, maire de Trégourez, en 1902 , dans un français que, d’évidence, il ne maîtrise pas, conteste les renseignements dont disposait la Préfecture concernant sa commune, selon laquelle « les trois quart des enfants étaient a même de suivre le catéchisme français en français s’est faux à pein s’il y en a six ou sept » (sic).

Quéméré

 Nous sommes en 1911 et Tregourez compte 1500 habitants.  C’est d’ailleurs en 1911 que la population de Tregourez fut la plus forte. Est-ce la voie ferrée construite à cette date qui donna cet essor à Tregourez ou est-ce une simple coïncidence ? Le petit train trans finistérien, allant de Rosporden à Plouescat par Landivisiau en zigzagant au travers du Centre Finistère, fait désormais partie de la légende.

 » La ligne a fonctionné normalement de 1912 à 1914. Ensuite, ce fut une lente agonie économique. Le choix de la voie métrique, le tracé sinueux et la vitesse moyenne de 20 km/h, impossible à améliorer, condamnait ce petit train « .

anigif

Cliquer sur la photo

Ce train cessa de transporter les voyageurs dès 1932 et ses rails furent enlevés en 1936. Les aînés de Tregourez s’en rappellent avec une certaine nostalgie car il leur ramène à la mémoire tant de petites histoires et d’anecdotes piquantes… que je vous conterais un jour. Les gros camions depuis ont pris la relève… et traversent le bourg allègrement.

gare

Cliquer sur la photo

 Un premier restaurant fût ouvert en 1938. Puis vint ensuite celui de la Gare. Non loin l’un de l’autre il y eu toute de suite  concurrence.

Après la guerre il est question de l’alimentation en eau potable de la commune. Après les études de 1947, la mise en eau du bourg se fait en 1950.

En cette année aussi commence  la construction des chemins ruraux. qui mènent aux hameaux. En novembre c’est le chemin qui mène  hameau du Menic qui sera empierré.

On renouvelle aussi le bail à Mr Ollu, pour la location de sa maison à la sortie du bourg vers Laz, maison qui est utilisée comme bureau de poste.

En avril  1951 on pense à la réfection de l’école des filles, qui construite en 1905 en a bien besoin.

L’électrification des campagnes est à l’étude, mais on commencera bien sûr par le bourg. En 1951 toujours création d’une cantine scolaire. C’est plutôt d’un hangar dont il faudrait parler. cela se fera à proximité de l’école des garçons.

Virent ensuite les crêperies. La première fût ouverte en 1951. C’était la crêperie Mahé.

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...