La route des lapins.

Petite histoire de la « route des lapins »

Ou comment la commune de Tregourez s’est retrouvée à la une de TF1 la chaîne de télévision française.

Depuis l’été 1991, « Combien ça coûte ? a été la première émission  à parler d’argent à la télévision. Cette émission mensuelle s’est arrêtée un instant sur la construction de la D336. Pourquoi ? Nos journalistes  investigateurs de l’époque ont pointé du doigt la dernière particularité du Finistère. Selon eux, le département a dépensé 8 millions de francs pour construire 2,7 kilomètres de route.

Et voici comment : Une route qui ne mène nulle part ! Elle porte le n°336 et on la surnomme dans la région « la route aux lapins ». Le projet, à l’époque tenait pourtant….la route ! En effet, l’axe Concarneau-Roscoff, important sur le plan économique, méritait d’être amélioré au niveau de son réseau routier. Il fallait notamment faciliter la circulation des poids lourds qui arrivent sur la commune de Châteauneuf-du-Faou, secteur ou la route serpente dangereusement. Les spécialistes de la DDE décident alors de relier la commune de Tregourez à celle de Châteauneuf-du-Faou, en faisant partir de la départementale 36, une route dont le tracé serait le plus droit possible. On se rend compte alors que le dessin implique la traversée des « montagnes noires » situées sur le versant de Laz.

rtelapins

Le maire de Laz s’y oppose farouchement, pour des raisons esthétiques ; il ne veut pas que l’on défigure le paysage. En revanche, son collègue, le maire de Tregourez, est lui très favorable au projet ; avec l’approbation des habitants, il vend le terrain nécessaire au conseil général. Querelles de clochers, mésententes entre municipalités….Voilà qui aurait dû rendre tout le monde méfiant. Pourtant le conseil général n’en fait qu’à sa tête ! Bien qu’il n’ait pas obtenu encore l’unanimité sur l’opération, il décide de commencer les travaux du premier tronçon : 2,7 kilomètres de bitume flambant neuf !  Et 8 millions engagés. Car faute de n’avoir pu obtenir l’accord du conseil municipal de Laz, le tracé envisagé n’a pas pu se concrétiser. Le deuxième tronçon (Laz-Châteauneuf-du-Faou) ne verra donc jamais le jour.

entrée bourg

La conclusion des journalistes a été celle-là, je cite : « Résultat une route qui ne mène à rien et que personne n’emprunte, surtout pas les poids lourds, qui devaient être les principaux bénéficiaires. Les lapins, eux sont plutôt ravis : Ils gambadent sans danger et ne risquent pas de se faire écraser par les voitures, en voie de disparition dans le secteur. »

La route emprunte en grande partie le tracé de l’ancienne voie ferroviaire et s’arrête donc à Laz, là où le seul vestige du « train patate », sur la commune de Laz, la halte ferroviaire subsiste encore.

halte Laz

A ce jour, force est de constater que cette route dite des lapins est très  fréquentée par tous les véhicules locaux, voitures et autres tracteurs, dont les poids lourds. Les lapins, quant à eux, ils se sont repliés dans les champs.

rtelapins2

 

12345...18

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...