Les calvaires.

« Après avoir passé l’Odet, dont une pancarte du Touring-Club révèle opportunément le nom aux touristes, la route, remontant vers Trégourez, rencontre sur la gauche une remarquable croix ancienne. Trois anges eucharistiques reçoivent le précieux sang du Christ ; à mi-hauteur du fût, une console soutient un saint moine muni d’un livre ; au pied, groupe de N.D. de Pitié ; au revers, un Christ à la colonne accompagné d’un angelot. Le dé étroit, de plan carré, repose sur un socle en saillie formant banc de repos. » (L.L.G 1920)

Il s’agit là de la vieille croix, Croaz koz, la seule croix de mission sur la commune. Fait particulier, sur le calvaire est figuré une représentation de saint François d’Assise, à côté d’une traditionnelle pietà. Au revers de la croix, une statue du Christ lié, selon la scène de la Passion nommée ecce homo, voici l’Homme. Le socle cubique sur un  soubassement à deux niveaux est refait lors de la mission de 1903. On y retrouve, outre saint François d’Assise et la piéta, un crucifix aux anges porteurs de calices, au revers un Christ lié : ECCE HOMO. 

  anigif

Le calvaire de Kerharic du XVIe à Toul Sable, haut de 6m avec un long fût effilé sur un  socle cubique., une croix porte une inscription : REB NI P C  PETILLON ET M.J BARRE. La piéta est en piteux état. porte une date 1893. Les croix de carrefour marquent généralement les limites des seigneuries ou des paroisses. La croix du XVIe siècle de Toull-Sabl est déplacée en 1893 lors de la modification de la route de Quimper. Les vestiges sont remontés à l’entrée du chemin de Kerhardic par des habitants de ce village, qui font graver leurs noms sur le socle, Pierre Corentin Pétillon et Marie-Jeanne Barré, son épouse. Il a un fût effilé, sur un socle cubique, une croix et un crucifix. Par la suite, la tête  a été abîmée par le coin d’un char à bancs, puis une statue est volée. Enfin, l’ouragan de 1987 casse la croix, qui sera restaurée par la suite.  

    anigif

Cliquer sur la photo

Le calvaire de Kernaliou de 1820. Le calvaire privé de Kernaliou, daté du XVIè siècle et remonté plus près de la maison en 1820 par Marie Le Corre,  il est brisé. Sur un soubassement à deux niveaux il présente un fût à base ronde, écots, consoles-masques, le haut à pans. Croix branches rondes, crucifix, Christ lié : ECCE HOMO

Le calvaire de Ponthouard haut de 7 m, sur un soubassement à trois niveaux, un socle cubique, la  particularité de ce calvaire est d’arborer un certain nombre de consoles-masques. Une statue, une croix, écus et pans  coupés complètent le tout. Toutefois, il est incomplet, les statues supportées par ses mascarons ont été volées, et le sommet a disparu. Un fragment de la croix d’origine, retrouvé enterré, est entreposé dans la chapelle. (I. M. H. 1928)

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...