La foire de Tregourez.

C‘est en 1960, que le Comité des Fêtes de Tregourez  entre les mains de Yann Moulin et Jean Bourhis, décidait de mettre sur pied une petite foire agricole. La date en est fixée au dimanche des Rameaux.  La première manifestation en 1961 rencontra un succès inespéré. Plus de 10 000 visiteurs.

foire

Tregourez est  donc devenue pour les communes voisines un modèle, un pôle d’attraction caractérisé par les foires exposition agricoles y ayant lieu tous les ans. Ces foires créées depuis trois ans attirent chaque année une foule croissante d’agriculteurs du secteur des Montagnes Noires et même de bien plus loin. Chaque année, cette foire exposition se tient sur deux jours.

En 1973, une épidémie de fièvre aphteuse interrompra le concours agricole et notamment les enchères.

Elle tient tout à la fois, et cela dès 1983 de la foire exposition, du salon de l’agriculture et des arts ménagers.

En 1984 on installera des beaux guichets à l’entrée. La surface d’exposition s’est agrandit au fil des ans.

anigiffoire

Cliquer pour faire défiler les photos

Le week-end des Rameaux deviendra pour toute la région l’occasion d’une visite à Tregourez, rendez-vous des animations et des affaires, but de promenade de détente et d’agrément, et cela perdurera jusqu’en 2000.

Telegramme 1987

En 1990, Laurent Fabius, alors Président de l’Assemblée Nationale, inaugure la foire en compagnie du Maire de Tregourez, Pierre Kerneïs et du Préfet.

foire 

Inaugurée en 1994 le Totem de la Foire de Tregourez, œuvre de Patrig ar Goarnig, représente l’évolution de l’agriculture en Bretagne de la Pie-Noire à la monstrueuse moissonneuse. Le lapin, observateur et pensif, s’interroge sur l’avenir des quotas laitiers et des terres en jachère, déjà ! On retrouve aussi le « Ti Coz » qui représente la flamme PTT de Tregourez .

totem

En 1994, aussi La Foire est sponsor du Raid de la Liberté. Le bateau est dans les mains de Jean Luc Nélias qui fut vainqueur avec Nicolas Dheilly.

nelias

Album 1990 29e foire

anigif

Cliquer sur l’album

Album 30e foire

anigif3

Cliquer sur l’album

Petite histoire de la foire par son co-fondateur Yann Moulin – Interview février 2018 Regards d’espérance. 

Vous avez été le co-fondateur de l’une des manifestations les plus prisées du monde agricole en Centre-Bretagne : la Foire de Trégourez, qui a connu 40 années de succès remarquable… Voudriez-vous nous en raconter l’origine et nous  dire ce qui, à vos yeux, a fait la grande réussite de cet événement annuel durant si longtemps?

«Mettre cette foire sur pied était pour moi quelque chose de logique. Je travaillais donc dans la vente de machines agricoles, à ces débuts de la mécanisation à grande échelle de l’agriculture… Mais on nous faisait faire des foires-expositions dans les grandes villes, «quai des Indes» à Lorient pendant dix jours, ou à Rennes, à Blain, à Nantes… Je les ai toutes faites : on n’y voyait que «trois pelés». Des gens qui n’avaient rien à voir avec l’agriculture. Pas de paysans…Cela n’avait aucun sens! Comment faire des démonstrations de matériel en pleine ville?!

Je disais et redisais à tous mes collègues qu’il fallait tenir ces foires sur le terrain. Tout le monde me répondait que je n’avais pas tort, mais personne ne voulait m’aider…J’ai essayé ici à Châteauneuf-du-Faou, mais nul n’est prophète en son pays, et personne ne voulait suivre…

J’en ai donc parlé un jour à mon ami Charles Mevellec, vétérinaire à Tregourez, qui n’y croyait pas trop au début, mais en a parlé au secrétaire de mairie Jean Bourhis…Ils pensaient à un genre de colloque agricole. Moi, je voulais une foire-exposition. Nous avons eu une réunion avec le maire de Tregourez.

«Qui voulez-vous qui vienne à Tregourez ? Comment allez-vous financer tout cela ?…» me disait le maire.

«Cela ne regarde que moi. Trouvez-moi un terrain, je m’occupe du reste.»

La négociation a été assez difficile au départ. Mais je faisais chaque année, à Paris, le Salon International de la Machine Agricole où étaient présentées toutes les nouveautés. Je connaissais donc tous les fabricants et les vendeurs de matériel agricole, et savais pouvoir faire venir à Tregourez les nouvelles machines…Mais il fallait organiser cette foire avant toutes les autres ; avant celle de Rennes qui, suivant directement le S.I.M.A., était la première de la région, et se tenait autour du 1er mai…J’avais donc dans l’idée d’organiser cette foire de Tregourez «Zul ar Beuz», comme disait ma grand-mère : le dimanche des Rameaux, pour court-circuiter celle de Rennes. Je pensais que les fabricants accepteraient de me confier du matériel avant, si je parvenais à mettre sur pied un événement viable et valable…

J’ai obtenu le terrain de football, pour 35 exposants la première année. Personne n’y croyait. Il y avait beaucoup de moqueries… Mais j’avais compté sur 2000 visiteurs, et il en est venu 5000, à 1 Franc l’entrée ! Puis la foire a grandi année après année. Je pense qu’au plus nous avons eu 60 000 visiteurs, sur 3 jours.Les raisons du succès ?… Le fait d’être à la campagne, chez les paysans, d’avoir toutes les nouveautés avant les autres foires, qui nous en voulaient terriblement, et d’être presque au milieu des trois départements.Le reste, c’était de la bonne organisation et de la bonne ambiance…»

Yann Moulin

Quelles «éditions» gardez-vous particulièrement en mémoire ? Pourquoi ?

«La première, bien sûr, mais seulement parce que c’était la première. Car sinon, elle a trop été «la foire du vin rouge » pour me plaire vraiment : la consommation de rouge avait été trop forte… Mais il y a eu beaucoup de belles foires par la suite.Après 4 années, le nouveau maire – Pierre Kerneïs – a contraint mon ami Jean Bourhis à quitter la présidence. Charles Mevellec a pris la suite. Pour ma part, je suis resté travailler pendant 22 ans à son organisation. Puis, quand j’ai vu que la politique commençait à s’y mettre, j’ai arrêté, tout comme le trésorier, Corentin Petillon, un type très bien.La foire s’est aussi banalisée. On y a fait entrer les mêmes choses que partout ailleurs. Elle a perdu son âme, son originalité…»

Et ainsi ce fut la fin de la foire en 2000

Publié le 17 avril 2000 Le Télégramme

Pour sa 39 e édition, la Foire Exposition de Trégourez n’a pu connaître son succès habituel, ce dimanche, en raison du temps exécrable qui a sévi durant tout le week-end. Elle a été inaugurée samedi par M. Kofi Yamgnane, député, qui a rappelé que cette manifestation était le premier rendez-vous annuel obligé des acteurs économiques du Centre Finistère. « Elle offre par la variété et la qualité de ses exposants un fidèle reflet du dynamisme de la région ». Il est vrai que cette Foire Exposition attire chaque année 20 à 30.000 visiteurs, agriculteurs venus s’informer ou rencontrer des collègues, citadins attirés par une vision ramassée et complète de la vie rurale, par la découverte d’animaux ou encore par les stands nombreux et divers proposés par les organisateurs, à moins qu’ils ne soient intéressés par l’espace motoculture, jardinage et loisirs. M. Jean-Jacques Kergoat, pour le comité d’organisation, a rappelé que la Foire de Trégourez était « une grand-messe animalière, mise en valeur par les sujets de qualité appartenant à des professionnels de l’élevage. Cette manifestation met en valeur le savoir-faire rural tant dans le domaine des services liés à l’agriculture, que dans celui du machinisme agricole ou encore au niveau des produits du terroir de Bretagne mais aussi d’Auvergne, de Savoie, de Franche-Comté. La Foire de Trégourez se prolonge aujourd’hui pour la dernière journée. Le public pourra encore s’intéresser, dans les différents halls, aux animaux impressionnants présentés, comme ce taureau charolais de près de 1,5 tonne, des lapins et des poules. Le cheval tient aussi une grande place dans cette manifestation. Ainsi après les concours d’attelage, des démonstrations de sauts d’obstacles dimanche les visiteurs pourront assister notamment aujourd’hui au concours cantonal de chevaux postiers bretons.

postiers bretons

 

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...