La maison.

En dehors du bourg l’habitat est dispersé en campagne.L’habitation des paysans est à peu près partout la même. Leur cahute sans jour, est pleine de fumée. Une seule fenêtre leur donne un rayon de lumière.

 Jadis on rassemblait tout dans une maison – étable – grange. Les grains au grenier, les hommes à un bout et les bêtes à l’autre. Hommes et bêtes étaient séparés par une cloison. (Chez mes grands parents elle était en bois). La chaleur était communicante, mais les odeurs aussi. A la fin  du XVII e siècle, la moitié des toits est encore en genêt, en paille de seigle ou en roseau.

Le Rest

Dans cette maison on observe à gauche la partie réservée aux bêtes. C’est une petite maison  qui elle n’a qu’une pièce à vivre.

Symbolique de cet ordre des choses, la porte de la maison est ouverte, au moins quand l’habitant est chez lui, ainsi que celle du lit clos. Une porte fermée, et les voisins peuvent imaginer une maison mal tenue, un lit défait, une activité répréhensible.

 Les fenêtres peu nombreuses  souvent deux, sont petites, ceci dans les modestes maisons.

Les paysans les plus riches vivaient séparés des animaux et cela depuis longtemps.

Il faut se souvenir que la province de Bretagne taxait les maisons d’après leur surface vitrées. L’impôt sur les portes et fenêtres crée en 1798 ne sera supprimé qu’en 1925.

TZ25kerscao

kerscao

Cette maison typique de Tregourez autrefois. a été bâtie en 1768. Elle devait être à l’origine couverte de chaume. Le maçon S…. aurait été payé par une parcelle de terre de 1,5 hectare. Inscription  :

P.ALAIN PERON – E.MARIE MAHE.

 

Ferme de Kergus

Cette maison a la façade exposée au sud et le logis des bêtes perpendiculaire à la maison qui la protège,  ainsi que la cour, des vents d’ouest.

A la ferme du Gouërec , linteau se trouvant au dessus de la porte du plus ancien bâtiment. Celui qui l’a fait construire JEAN BAPTISTE MAHE est probablement le père du précédent bien que portant le même prénom car il s’agissait d’une pratique courante. On y lit l’inscription

« JEAN BAPTISTE MAHE ELISABEL FLOCH 1780 »

gouërec

A la ferme du Gouërec, les animaux ont droit à beaucoup d’égards, car les deux auges datée de 1843 (en relief) l’autre de 1856 (en creux) en témoignent, tout comme le soin apportée à la maçonnerie de l’étable qui est soignée, on peut admirer le bel appareillage des pierres de tailles montées pratiquement à joints vifs. Les pierres comme on le voit autour de ce curieux orifice s’imbriquent si bien les unes par rapport aux autres que l’on comprend pourquoi le mortier ne joue ici qu’un rôle secondaire.

gouerec1

gouerec

Les puits, au temps ou l’eau courante était ignorée dans nos campagnes, le puits était l’indispensable complément de la maison. A Trégourez bon nombre de puits sont de petits chefs-d’œuvre, comme celui de Kergus ornée d’une belle cordelière. L’usure de la pierre qui se trouvait au contact avec le seau prouve si besoin est que le puits désormais utilisé comme élément décoratif a été bel et bien fonctionnel.

kerguspuits

TZ4kergus

tout et n'importe quoi |
infocoursbautain |
Logos |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | agencevirtuel
| rebellesimpliquees
| La violence conjugale, aime...